skip to Main Content
Normandy Channel Race – Un Départ En Douceur

Normandy Channel Race – Un départ en douceur

Ils étaient confiants à quelques heures du départ et aussi impatients de prendre la mer. Le duo Claire PRUVOT et Louis DUC avaient le sourire généreux et l’esprit léger, prêts à en découdre aux côtés des 23 autres équipages de la Normandy Channel Race.

Beau temps belle mer sur la ligne de départ

Le départ a été donné à 16h30 ce dimanche sous un franc soleil et dans un vent modéré. Ils sont d’abord allés chercher les îles Saint Marcouf avant de prendre le large vers l’Ile de Wight où les conditions météo sont appelées à se renforcer au fur et à mesure de l’approche du solent.

Une franche dépression venant par l’ouest doit même venir jouer les trouble-fêtes à la pointe sud-ouest anglaise et entraîner dans son sillage un vent établi d’une vingtaine de nœuds.

Un parcours long et technique

Claire et Louis, qui portent les couleurs du Calvados, savent qu’il sera nécessaire de préserver le bateau dans cette zone critique. Il faut éviter toute casse car la route est encore longue par la suite, la traversée de la Manche n’étant qu’une petite partie d’une course de 1000 milles. Le parcours les emmène ensuite à quelques encablures des terres irlandaises vers le phare de Tuskar Rock avant un retour par le fameux phare du Fastnet Rock à la pointe sud de l’île celte. L’arrivée à Ouistreham n’est pas prévue avant 5 à 6 jours.

Du côté de la préparation, l’équipage normand a fait le pari de réduire les entraînements au profit d’un long travail d’optimisation du bateau. Ils ont cherché à le fiabiliser au maximum pour ne pas être mis à mal par un défaut technique. Le reste se fera sur les acquis car ce n’est pas la première fois qu’ils naviguent ensemble. Cette course ils l’ont déjà jouée l’année dernière et ils avaient alors pris la 15ème place du classement.

Le mot de Claire :

« Je suis très heureuse de repartir sur cette course avec Louis. Notre duo fonctionne et je sais qu’on marche bien ensemble. Les conditions s’annoncent variées et parfois musclées. Les côtes sud anglaises au louvoyage et la mer celtique au près avec certainement une forte houle vont être des zones où nous devrons rester vigilants : il ne faut pas se faire distancer par les autres équipages mais il ne faut pas non plus trop forcer sur le bateau pour éviter une casse matérielle. A nous de trouver le juste milieu ! »

Le mot de Louis :

« Le bateau a été bien optimisé et je ne suis pas trop dépaysé car il ressemble à mon ancien Class 40. Mes repères reviennent vite ! A part quelques bateaux très récents, le reste de la flotte est très homogène ce qui va ouvrir le jeu. Mais je reste confiant, j’en suis déjà à ma 5ème participation dont une avec Claire l’année dernière. Le parcours je le connais bien même si une régate ne fait pas l’autre, les conditions météo n’étant jamais les mêmes. Au moins cette course va me permettre de bien situer mon niveau par rapport au reste de la flotte ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top